Pourquoi mes parents m’avaient fait ça à moi ?

J’avais quatorze ans. Il y a un garçon qui voulait de moi, mais je n’étais pas au courant. Je ne le connaissais pas. Il s’est entendu avec mes parents, mais moi je ne savais pas. Un jour à mon retour de l’église ils sont venus pour partir avec moi.

Lire la suite

Témoignages de filles victimes de rapt

J’aimais vraiment mon ravisseur

Personne ne m’a contraint. C’est moi-même et mon ex compagnon qui avons organisé notre fuite. J’avoue qu’on s’aimait avant mon enlèvement. Lui et moi, on s’est entendu pour tout organiser. On s’est fixé un rendez-vous le jour du marché. Le jour convenu, je suis partie au marché pour vendre mes marchandises. Lorsque j’ai fini de vendre, j’ai confié mon panier vide à une voisine comme si j’allais revenir et pour ne pas éveiller les soupçons. Je suis donc partie rejoindre mon homme sur le lieu convenu. Nous avons marché de Bt à Kt environ 60 Km. Mais comme on s’aimait nous n’avons pas senti la fatigue. A Kt nous avons emprunté le car pour Fada. C’est arrivé à Fada que j’ai commencé à sentir des courbatures. Je n’étais pas découragée car j’aimais vraiment mon ravisseur et en plus l’entourage composé de sa famille proche nous avait bien accueillis.

 

 

Très vite l’amour que nous avons l’un pour l’autre s’est détérioré en quelques mois laissant place à des scènes de violences verbales ou même physiques. J’ai demandé à mon ravisseur de repartir voir mes parents. Il refusa catégoriquement arguant le fait que j’étais enceinte et ne pouvais aller voir mes parents qu’après accouchement. Je lui ai demandé alors d’aller demander pardon afin que nous puissions régulariser notre situation vis-à-vis des parents. Il s’y opposa. (…).

Lorsque j’ai appris que ma grand-mère est décédée, je lui ai demandé à y aller pour les funérailles. Il refusa et me bastonna. Je suis sortie pour aller chercher à manger chez une gargotière, il m’a rejoint pour m’assener de coups devant tout le monde. C’est sur ces faits que j’ai trouvé refuge chez une femme où il m’a poursuivi en criant qu’il voulait me tuer. La femme appela la gendarmerie au secours. Mon mari a pris la fuite avant l’arrivée de la gendarmerie.

C’est cette femme qui m’a aidée à rejoindre mes parents (…). Mon mari m’a suivie dans ma famille pour s’excuser et demander à faire le mariage. J’ai refusé vu tout ce qu’il m’a fait. Il a menacé de se suicider si je refusais, alors mes parents lui ont dit d’arriver chez lui à Fada avant de mettre sa menace à exécution.

(Wali, 22 ans, 2 enfants, séparée, TR)

 

 

 

Le rapt des filles dans la région de l’Est du Burkina Faso

Le rapt, c’est  l’enlèvement d’une jeune fille ou d’une veuve dans le but de l’épouser sans l’autorisation de ses parents ou de quiconque ayant sur elle le pouvoir de la marier ou de la remarier. Même lorsque la femme ou la fille concernée est d’accord, il s’agit toujours d’un enlèvement car l’avis de cette dernière aura été influencé. C’est une grave atteinte aux droits de l’homme en général et aux droits de la femme en particulier condamnable par la loi  et les accords internationaux. #RaptDesFilles

Lire la suite

La violence sexuelle liée aux conflits

Image

La violence sexuelle liée aux conflits est l’un des domaines de concentration qui a fait l’objet d’une attention accrue dans le cadre  des programmes relatifs aux femmes, à la paix et à la sécurité, tout particulièrement depuis l’établissement en 2007 de la Campagne des Nations Unies contre la violence sexuelle en temps de conflit, l’adoption de la résolution 1820 en 2008 et l’établissement en 2009 du poste de représentant spécial du Secrétaire général chargé de la question des violences sexuelles commises en période de conflit. Le mandat du représentant spécial, énoncé en détail dans les résolutions 1888 et 1960,  est d’assurer un leadership cohérent et stratégique et de renforcer la coordination, le plaidoyer et la coopération entre toutes les parties prenantes.

Image

 

La première représentante spéciale avait défini un programme prioritaire en cinq points :

ümettre fin à l’impunité;

ühabiliter les femmes à demander des réparations et à faire valoir leurs droits;

ümobiliser le leadership politique;

üaccroître la visibilité du viol en tant que tactique et conséquence des conflits;

üassurer une réponse coordonnée du système des Nations Unies par le biais du réseau interorganisations de l’initiative de la Campagne des Nations Unies contre la violence sexuelle en temps de conflit.

Image