Journée mondiale de la population

Les questions de population sont au cœur de la lutte contre la pauvreté et la promotion du développement durable.

Le taux de croissance, la pyramide des âges, la fertilité et la mortalité, les migrations, influencent tous les aspects du développement humain, économique et social. Les gouvernements doivent pouvoir recueillir et analyser les tendances démographiques, afin de pouvoir mettre en œuvre des politiques qui répondent aux besoins présents et futurs.

« En cette Journée mondiale de la population, j’en appelle à tous les responsables pour qu’ils fassent de la jeunesse une priorité des plans de développement, renforcent les partenariats avec les organisations de jeunes et associent les jeunes à toutes les décisions qui les concernent. En donnant dès maintenant aux jeunes les moyens d’agir, nous assurerons aux générations futures un avenir plus durable. »

M. Ban Ki-moon, Secrétaire général de l’ONU

Les tendances démographiques sont influencées par les décisions individuelles relatives à la procréation. Dans ce contexte, la santé reproductive et l’égalité des sexes sont des éléments déterminants.

La Journée mondiale de la population est célébrée chaque année le 11 juillet. Elle a pour objectif d’attirer l’attention sur l’urgence et l’importance des questions de population. Elle a été instituée par le Conseil d’administration du Programme des Nations Unies pour le développement en 1989.

En 2014, la Journée mondiale de la population est consacrée à la jeunesse. Dans le monde, actuellement, 1,8 milliard de jeunes façonnent les réalités sociales et économiques, les normes et les valeurs, et préparent l’avenir de notre planète. Pourtant, trop de jeunes continuent de lutter contre la pauvreté, l’inégalité et les violations des droits de l’homme qui les empêchent de réaliser leur potentiel personnel et collectif.

Protéger les droits des adolescents et des jeunes en général et investir dans leur avenir est essentiel à leur développement ainsi qu’à celui de leurs familles, leurs communautés et leurs pays. Pour cela il est nécessaire de leur offrir une éducation de qualité, des emplois décents, les moyens de subvenir à leurs besoins et l’accès aux informations et aux soins concernant la santé sexuelle et reproductive, y compris l’éducation sexuelle.

La Journée Mondiale de la Population

La Journée Mondiale de la Population est célébrée ce Vendredi 11 Juillet 2014, autour du thème : «Investir dans les jeunes». 

Les adolescents et les jeunes représentent à ce jour un quart de la population mondiale soit 1,8 milliards de personnes âgées de 10 à 24 ans et occupent désormais une place de choix dans les programmes de développement. 

Cette 28ème édition de la JMP nous invite conséquemment à répondre d’avantage aux attentes des adolescents et des jeunes, afin de leur donner les moyens de soutenir le développement et la croissance inclusive dans les pays. 

Mesdames et Messieurs, Chers compatriotes,

En Côte d’Ivoire, les adolescents et les jeunes représentent environ le tiers de la population totale soit 7,5 millions de personnes. 

Cette masse critique est une opportunité majeure pour assurer le développement et la prospérité sous notre pays, s’il est engagé sans délais des actions pertinentes en leur faveur. 

En effet, notre jeunesse, en majorité urbaine (51%), se caractérise par une fécondité précoce et élevée qui pourrait annuler tous les efforts entrepris pour maitriser la croissance démographique et constituer une barrière importante à leur propre développement et a une croissance économique durable. 
Selon l’enquête démographique et de Santé de 2012 (EDS 2012), 30% des jeunes filles de 15 à 19 ans ont déjà commencé leur vie féconde et 23% ont au moins un enfant. Cette situation résulte notamment des effets conjugués des mariages précoces, de la méconnaissance des méthodes contraceptives et de l’accès limité aux services dédiés de santé sexuelle et reproductive. 

Par ailleurs, en dépit du fort taux de scolarisation enregistré par notre pays, seulement 35% des enfants parviennent au cycle secondaire selon les chiffres de l’AGEPE et 43% des jeunes ne savent ni lire ni écrire (4/7 chez les jeunes filles et 1/3 chez les jeunes gens). 

Au niveau économique, les jeunes constituent 85% des chômeurs selon le Rapport sur l’Etat et le devenir de la Côte d’Ivoire (REPCI 2011-2012). La persistance du chômage des jeunes contribue à accroitre leur niveau de pauvreté et à créer en eux un sentiment de désespoir, la perte d’estime de soi et l’incivisme. 

Mesdames et Messieurs, Chers compatriotes,

Le Gouvernement est conscient de l’urgence à trouver des solutions durables aux problèmes des jeunes afin de faire d’eux les véritables catalyseurs de notre développement et relever ainsi le défis du dividende démographique indispensable à l’émergence de la Cote d’Ivoire à l’horizon 2020. 

C’est pourquoi, le Gouvernement a engagé, sous la houlette du Président de la République, des investissements stratégiques visant :

– à accroitre les capacités d’éducation-formation, en particulier chez les filles ;
– à combler les lacunes dans la disponibilité, la qualité et l’accès aux services de santé, spécifiquement en santé de reproduction ;

– à mettre en place des mécanismes concrets pour inclure les jeunes dans le processus de prise de décision affectant leur vie ;

– à fournir des emplois décents aux jeunes ; 

Au niveau de l’emploi, l’Etat a entrepris des réformes institutionnelles majeures et mis en place des fonds d’appui à l’auto-emploi d’un montant initial de deux milliards de Francs CFA pour les projets des jeunes.

Avec nos partenaires techniques et financiers notamment la Banque mondiale pour un montant de 22 milliards de FCFA et l’Agence Française de Développement pour 46 milliards, l’Etat va engager des actions plus vigoureuses en faveur de la capacitation des jeunes. 

Chers compatriotes,

Malgré les énormes efforts consentis de nombreux jeunes sont en attente d’une réponse adéquate à leurs préoccupations.

C’est pourquoi, la JMP-2014 constitue une opportunité pour le Gouvernement ivoirien d’encourager les partenaires à soutenir ses efforts en vue de garantir à tout enfant de notre pays le droit de passer de l’adolescence à l’âge adulte dans des conditions optimales de sécurité, de santé et de réussite.

La cérémonie officielle de la JMP 2014 est prévue dans la ville de Toumodi le samedi 19 juillet 2014 autour du thème : 
«Investir dans les jeunes pour une Côte d’Ivoire émergente à l’horizon 2020».
Allons à Toumodi pour renouveler le pacte en faveur des futures générations et de la Cote d’Ivoire de demain.

Je vous remercie 
La Journée Mondiale de la Population est célébrée ce Vendredi 11 Juillet 2014, autour du thème : «Investir dans les jeunes». 

Les adolescents et les jeunes représentent à ce jour un quart de la population mondiale soit 1,8 milliards de personnes âgées de 10 à 24 ans et occupent désormais une place de choix dans les programmes de développement. 

Cette 28ème édition de la JMP nous invite conséquemment à répondre d’avantage aux attentes des adolescents et des jeunes, afin de leur donner les moyens de soutenir le développement et la croissance inclusive dans les pays. 

Mesdames et Messieurs, Chers compatriotes,

En Côte d’Ivoire, les adolescents et les jeunes représentent environ le tiers de la population totale soit 7,5 millions de personnes. 

Cette masse critique est une opportunité majeure pour assurer le développement et la prospérité sous notre pays, s’il est engagé sans délais des actions pertinentes en leur faveur. 

En effet, notre jeunesse, en majorité urbaine (51%), se caractérise par une fécondité précoce et élevée qui pourrait annuler tous les efforts entrepris pour maitriser la croissance démographique et constituer une barrière importante à leur propre développement et a une croissance économique durable. 
Selon l’enquête démographique et de Santé de 2012 (EDS 2012), 30% des jeunes filles de 15 à 19 ans ont déjà commencé leur vie féconde et 23% ont au moins un enfant. Cette situation résulte notamment des effets conjugués des mariages précoces, de la méconnaissance des méthodes contraceptives et de l’accès limité aux services dédiés de santé sexuelle et reproductive. 

Par ailleurs, en dépit du fort taux de scolarisation enregistré par notre pays, seulement 35% des enfants parviennent au cycle secondaire selon les chiffres de l’AGEPE et 43% des jeunes ne savent ni lire ni écrire (4/7 chez les jeunes filles et 1/3 chez les jeunes gens). 

Au niveau économique, les jeunes constituent 85% des chômeurs selon le Rapport sur l’Etat et le devenir de la Côte d’Ivoire (REPCI 2011-2012). La persistance du chômage des jeunes contribue à accroitre leur niveau de pauvreté et à créer en eux un sentiment de désespoir, la perte d’estime de soi et l’incivisme. 

Mesdames et Messieurs, Chers compatriotes,

Le Gouvernement est conscient de l’urgence à trouver des solutions durables aux problèmes des jeunes afin de faire d’eux les véritables catalyseurs de notre développement et relever ainsi le défis du dividende démographique indispensable à l’émergence de la Cote d’Ivoire à l’horizon 2020. 

C’est pourquoi, le Gouvernement a engagé, sous la houlette du Président de la République, des investissements stratégiques visant :

– à accroitre les capacités d’éducation-formation, en particulier chez les filles ;
– à combler les lacunes dans la disponibilité, la qualité et l’accès aux services de santé, spécifiquement en santé de reproduction ;

– à mettre en place des mécanismes concrets pour inclure les jeunes dans le processus de prise de décision affectant leur vie ;

– à fournir des emplois décents aux jeunes ; 

Au niveau de l’emploi, l’Etat a entrepris des réformes institutionnelles majeures et mis en place des fonds d’appui à l’auto-emploi d’un montant initial de deux milliards de Francs CFA pour les projets des jeunes.

Avec nos partenaires techniques et financiers notamment la Banque mondiale pour un montant de 22 milliards de FCFA et l’Agence Française de Développement pour 46 milliards, l’Etat va engager des actions plus vigoureuses en faveur de la capacitation des jeunes. 

Chers compatriotes,

Malgré les énormes efforts consentis de nombreux jeunes sont en attente d’une réponse adéquate à leurs préoccupations.

C’est pourquoi, la JMP-2014 constitue une opportunité pour le Gouvernement ivoirien d’encourager les partenaires à soutenir ses efforts en vue de garantir à tout enfant de notre pays le droit de passer de l’adolescence à l’âge adulte dans des conditions optimales de sécurité, de santé et de réussite.

La cérémonie officielle de la JMP 2014 est prévue dans la ville de Toumodi le samedi 19 juillet 2014 autour du thème : 
«Investir dans les jeunes pour une Côte d’Ivoire émergente à l’horizon 2020».
Allons à Toumodi pour renouveler le pacte en faveur des futures générations et de la Cote d’Ivoire de demain.

Je vous remercie 

QUELS LENDEMAINS POUR LA COMMUNE DE FANN POINT E AMITIES

Au lendemain de l’éclatante victoire de la coalition Taxawal Dakar ak Khalifa Sall de la Commune de Fann Point E Amitiés, lemanoeuvres et calculs politiciens vont bon train. Il faut rappeler que cette coalition avait mis en avant deux têtes de liste féminines Safi MASSALY, inconnue du grand public et Mame Fanta DIALLO, Maire adjointe de l’équipe sortante, la plus jeune tête de la liste de la coalition du Maire Khalifa Ababacar SALL. Aujourd’hui, une seule question sur toutes les lèvres, qui sera le prochain Maire de la Commune.

Les paris sont ouverts, nous avons vu dans la presse l’honorable député Mamadou Lamine DIALLO, plébiscité, et jusqu’à aujourd’hui aucune réaction de sa part, c’est le grand flou artistique. De même, Ibrahima Ly déclarait dans les journaux son intention de briguer le poste précédemmentent occupé par le docteur Malick Diop, Maire sortant. Aussi, le nom du socialiste Palla SAMB, retourné au bercail après moultes transhumances, a également été cité par la presse. De tous ces candidats le Député Mamadou Lamine DIALLO sort du lot de par son vêcu et sa capacité à gérer la collectivité locale qui ne fait aucun doute. Cependant, le chantre du concept du  » responsabilisme » en politique, qui a signé la charte des assises nationales, et qui lors du vote de la loi sur l’acte III de la decentralisation, s’etait fait remarquer par sa farouche opposition au cumul de fonction électif, se retrouve face a une contradiction. Sachant que ce dernier est un homme de parole on le voit mal conquérir à la magistrature de la collectivité et plébicitera surement la jeune Mame Fanta DIALLO, qui a déjà eu à faire ses preuves en sa qualité de Maire adjointe. Il est certain qu’avec cette candidature, le Mouvement TEKKI ouvrira une nouvelle page de l’histoire du Sénégal avec probablement la plus jeune Maire, et mettra en avant l’alternance générationnelle. La jeunesse à l’epreuve! Wait and see, les jeux sont ouverts!

Réseaux Sociaux : Des jeunes formés à la promotion de la SR par les TIC

Une session de formation sur l’utilisation des réseaux sociaux, s’est ouverte samedi à Louga (nord), avec la participation d’une trentaine d’adolescents et de jeunes, dans le cadre de la promotion de la santé de la reproduction et de la lutte contre la drogue, a constaté l’APS.

 

« Nous voulons à travers cette formation utiliser les technologies de l’information et de la communication notamment les réseaux sociaux pour délivrer des messages de prévention aux MST et à la promotion de la santé de la reproduction », a dit à l’APS, Cheikh Mohamadou Makhtar Ndao, coordonnateur du Centre conseils ados de Louga, à l’initiative de cette formation.

« L’objectif visé est de profiter du succès des réseaux auprès de notre public cible, les adolescents et les jeunes. L’Internet est un moyen puissant de diffusion et de vulgarisation de messages. A la fin de cette formation, ces jeunes vont investir la toile pour nous servir de relais », a-t-il fait valoir.

Selon lui, ils auront ainsi à échanger avec d’autres jeunes du Sénégal et d’ailleurs, sur les préventions contre le VIH Sida, les maladies sexuellement transmissibles et les méfaits de la drogue.

« La formation entre dans le cadre de l’amélioration de la santé de la reproduction des adolescents et des jeunes qui est notre mission. Les réseaux sociaux sont beaucoup utilisés par les jeunes quand bien même l’existence de dangers liés à cette utilisation », a averti M. Ndao.

Il a ainsi souligné la nécessité de faire prendre conscience aux jeunes des risques liés à certains comportements et postures sur la toile. Lesquels pourraient à l’avenir compromettre une carrière ou une ambition dans une vie d’adulte.

La session de formation qui se tient au Centre de recherche et d’essais de Louga entre dans le cadre d’un programme initié en 2013, en partenariat avec l’UNFPA. Cette initiative permet de contourner le manque de moyens du Centre de conseils ados de Louga à toucher le maximum de jeunes possible, selon M. Ndao.

A cet égard, il a invité les pouvoirs publics à tout mettre en œuvre pour renforcer les moyens humains et matériels de cette structure, afin de lui permettre de jouer pleinement son rôle.

(Source : APS, 5 juillet 2014)